Paroles.cc

Les paroles de la chanson
« Les derniers rayons »
Gilles Servat

Sur l’hiver des cheveux illuminés de gris
Nouer le noir foulard et chanter l’anarchie
Avec en soi des cris de fringante énergie
Ici et maintenant, sur les rayons du ciel
Loin des salons adultes où la bouffissure blême
Vient parler d’avenir en caressant la mort

Sans attendre la fin, imaginer encore
Ne jamais se soumettre et désirer toujours
Atteindre l’irréel domaine de l’amour
Ici et maintenant, sur les rayons de lune
Loin des sombres endroits imbus de certitude
Flanqués de murs solides et de béton tranchant

Suivre la voix du vent, ivre d’air et de chants
Nourrir des utopies et manger des chimères
Aimer l’intensité des instants éphémères
Ici et maintenant, sur les rayons du ciel
Loin des salons adultes où la bouffissure blême
Vient caresser la mort

Si le ciel est trop noir, inventer des aurores
Naître encore une fois et chanter à tue-tête
Apprendre à s’envoler dans la joie des alouettes
Ici et maintenant, sur les rayons de lune
Loin des sombres endroits imbus de certitude
Flanqués de murs solides et de béton tranchant

Saluer le temps qui passe indifférent et rude
Narguer le désespoir, effacer toute peur
Avec un rire léger, dédaigner les honneurs
Ici et maintenant, sur les rayons du ciel
Faire rimer la pluie avec le grand soleil
Irriguer les terrains, rêvant de forêt vierge

Glisser presque immobile sur l’aile des nuages
Insouciant des tempêtes, impatient de partir
Loin des sombres tunnels nimbés de frénésie
Lancer au ciel des notes et cela par plaisir
Etre comme un oiseau ailé de fantaisie
Sur les derniers rayons dévorant l’horizon et la vie